Infinite RPG Awards
MayakuDreams come true

C’est étrange pas vrai ? la façon dont une ville peut vous envoûter, malgré les histoires étranges qui s’y déroulent, malgré les quatre quartiers qui la divisent, malgré son passé trouble. Et pourtant … Bienvenue à Mayaku, la fascinante Mayaku.

tops
sites
Bienvenue
S'inscrire
Guide du nouvel habitant
Contexte
Règlement
Comptes-rendus

Partagez | 
 

 Nagisa.

Invité
avatar

guess what I am capable ofInvité



Dim 3 Fév - 14:07

Nagisa



Identité






Nom complet : Jayden Ivan Spencer Nicholson
Date & lieu de naissance : 17.08.1975 ; San Fransisco.
Âge : 37 ans.
Signe astrologique : Lion.
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle.
Origine(s) : Américaines.
Langue(s) parlée(s) : Anglais, japonais.


Crédit avatar : Fanta - Andaglas




Classe & situation sociale : Très basse ; Célibataire
Profession : Aucune ; Résident de l'établissement correctionnel.
Casier judiciaire : Harcèlement à caractère sexuel, trafic d'armes et trafic d'êtres humains.
Ancienneté : A Mayaku depuis 30 ans.



Quartier


Le quartier où vous désirez habiter à Mayaku :
Est

Habitation :
Est : Squat

Physique



Nagisa est un individu particulièrement remarquable tant ses caractéristiques physiques diffèrent de celles qu'on retrouve habituellement chez les japonnais. Pour cause, ses origines américaines sont particulièrement prononcées, bien plus même que chez ses parents. Il présente un côté impressionnant, dû notamment à sa grande taille, supérieur la moyenne américaine, ainsi qu'à sa musculature, naturellement développée durant les multiples affaires, plus ou moins illégales et physiques, qui rythment sa vie. Malgré qu'il ne sorte pas vraiment souvent, préférant largement l'ambiance et l'activité de la nuit, sa peau est d'une teinte particulièrement foncée, sans être totalement noire, se situant entre le brun et le gris, couleur étrange dans ce pays ou le seul bronzage connu est celui des UVs. Le contraste est d'autant plus fort étant donné que ses yeux sont d'un bleu gris intense, rendant son regard extrêmement glacial et dur. Son visage même n'a pas grand-choses de doux, si ce n'est quelques-uns de ses traits, qui lui donnent un air à la fois doux et cruel, rassurant et effrayant; ambiguïté qui en a fait tomber plus d'un dans le piège. Sous ses lèvres sombres, souvent étirée en un rictus provocateur, se dessine sa mâchoire carrée, terminée par un bouc tout aussi blanc que sa chevelure. Là encore, il s'agit d'une de ses caractéristiques physiques particulière et distinctives. Sa canitie est survenue très jeune, génétique oblige, mais Nagisa n'a jamais pris ça comme un désavantage, et à finit par en jouer et par l'intensifier, oubliant son brun d'origine, pour parfaire son image étrange et charismatique qui impose le respect.Il les préfère longs, dégradés, et attachés en dreadlocks pour certaines mèches. Un côté de sa tête est rasé, ce qui laisse découvrir l'une de ses oreilles ainsi que le métal dont elle est ornée. C'est vrai que Nagisa possède un assez grand nombre de piercings sur le corps, et plus particulièrement sur le visage. Sur chaque oreilles, c'est deux hélix, un daith et un tragus qui surplombent un écarteur d'environ 40mm. Quand au visage, il en possède trois à la langue, deux cheeks, une larme de chat et un bridge. Pas de tatouage en revanche, ou du moins, rien qui ne puisse être appelé comme tel. Son corps osseux fait particulièrement ressortir les angles de son crane et de son torse à travers sa peau. Ces parties légèrement plus blanchâtres de son corps, soulignées par du maquillage blanc permanent, ont fini par presque devenir un de ses principales symboles. Niveau style vestimentaire, on ne peut pas dire qu'il en possède vraiment un. Il s'habille plutôt avec ce qu'il a sous la main, ce qui lui convient très bien. En général, cela se limite à un tee shirt aux motifs divers, que ce soit inscriptions insultantes ou nom de groupes, surmonté d'une chemise a carreaux aux manches relevées, découvrant ses bras massifs, eux-mêmes terminés de mitaines et bracelets de force, ainsi qu'un jean sombre plus ou moins déchiré, ceinture de cuir et Dr Marteens de même matière. Veste ou non, parfois bonnet sombre sur la tête, ça dépend des jours. L'important pour lui est davantage le confort que l'apparence, car, de toute façon, il juge que son physique lui donne déjà assez de style comme ça.

Caractère



La vie, les lois, le respect ... Qu'importe, lorsqu'il est si simple d'arriver à ses fins en un simple claquement de doigt, ou d'une simple pression sur la gâchette. Le sentiment de détenir le monde entre ses mains, la vie de chaque être vivant, il n'y a rien de plus plaisant. Et ce monde, c'est le sien. L'Est, ou plutôt son Est. Il en a fait son propre royaume, sur lequel il règne dans l'ombre, et en tire la moindre ficelle. Il connait chaque habitant, que ce soit de près ou de loin, ainsi que les activités qu'ils exercent. Quelles soit légales ou non, ce n'est pas là l'important. Ce sont les résultats qui comptent. Inutile donc de préciser que le respect des vies, ce n'est pas la préoccupation première de Nagisa. Sa confiance ne se gagne pas dans un paquet de céréales, et son intérêt encore moins. Il n'est pas du genre à s'attacher aux gens, que ce soit des femmes, aussi belles soient-elles, ou bien ses propres associés. Ses anciennes conquêtes restent de simples vides-couilles et les autres esteux, des frères en qui il ne remettra pourtant jamais sa vie entre leurs mains. Il ne porte à ceux-ci qu'une affection symbolique. La mort de l'un d'entre eux serait dommage, mais en aucun cas catastrophique. Dans le monde qu'il crée, il est le seul acteur important et dont la vie est indispensable.Un dirigeant, un meneur qui a besoin de personne à ses ordres pour arriver à ses fins. C'est la le seul intérêt qu'il porte aux autres. Avec une personnalité pareille, il peut paraitre étrange que Nagisa ait réussi à se hisser au sommet de son quartier. Mais cette interrogation parait subitement balayée lorsque l'on se retrouve face à lui. Il possède une espèce d'aura charismatique, principalement dégagée par son physique imposant mais également sa voix, grave et dure, teintée d'un léger accent américain inhabituel aux oreilles locales. Tout en lui déclenche l'interrogation, parfois la fascination, mais surtout un fond de peur. Son assurance est presque effrayante tant il a confiance en ce qu'il fait, et en les actes qu'il déploie pour y parvenir. Il est capable de tout, absolument tout. Des actes les plus violents, des tortures les plus malsaines. Et il n'est pas bien difficile de faire ressortir sa personnalité la plus vicieuse. Jayden est quelqu'un de particulièrement impulsif, et souvent susceptible. Le moindre acte dirigé contre lui ou qui ne serait pas à son gout peut tout à fait déclencher ses foudres, et lorsque c'est le cas, ça se termine généralement mal. C'est de la qu'est née sa réputation, ainsi que le fait que son nom suscite désormais la crainte. Cette situation lui convient plutôt bien. Se faire un nom, c'est ce qu'il toujours voulu. Et si on lui demandait, il dirait que ça n'a pas été plus compliqué que ça. La provocation, c'est un domaine qui lui plait, plus que tout le reste. II joue et profite des différences sociales au sein de la ville, des tabous et des préjugés pour frapper là où on ne l'attend pas, pour choquer et déranger. Il se délecte de la haine que l'on peut lui vouer. Rien n'est plus plaisant et amusant pour lui que de susciter une émotion, qu'importe la nature de celle-ci. L'admiration, la haine, la colère, la rivalité ... Son statut et sa place à l'Est lui permettent de les retourner à son avantage, se forgeant ainsi une carapace impénétrable. Nagisa possède donc un caractère aussi bien charismatique que décalé. Il veut garder une certaine image face au Nord, mais ça ne l'empêche pas de se défouler un peu plus lorsqu'il retourne dans sa sphère privée ; l'Est, son Est, ses connaissances. Il ne manque pas une occasion de s'amuser, que ce soit en soirée, avec des amis ou des filles. Ce qui l'amuse ne serait cependant pas aux goûts de tout le monde, de même que son sens de l'humour, plutôt noir et accès sur la condition du Nord, certes. Mais c'est son arme pour ainsi élargir son cercle de connaissance. Il noue assez facilement des liens avec les gens qui l'intéressent, on n'irait jusqu'à appeler cela de l'amitié mais ça prouve déjà qu'il ressent quelque chose, et que ce n'est pas un monstre. De toute façon il ne le sera jamais. Car y a t-il un mal à vouloir le meilleur, à vouloir satisfaire ses fantasmes ? Personne ne dira le contraire, ou du moins, tout dépend des points de vue. Il suffit de placer ses propres limites. Et les siennes, Nagisa les connait : elles sont assez loin pour qu'il ne les atteignent jamais.


Histoire


Une naissance durant un beau jour d'été, dans la belle période que sont les années 70, et tout cela dans le beau pays qu'est l'Amérique ... Comment pouvait-on douter de l'avenir radieux du petit Jayden ?
Il a passé toute sa chère petite enfance chez ses parents, un couple aux revenus modestes qui vivaient dans une jolie maisonnette en Californie, suintant la perfection digne d'un film du même continent. Rien de semblable à sa situation actuelle. Absolument rien. Et même, rien de pouvait laisser croire à sa décadence future. Bon élève, de bonnes relations, juste un goût prononcé pour la mise a mort des chats et chiens du voisinage mais en une fessée cela était rapidement réglé. C'est vrai que déjà, si l'on regardait bien, on pouvait noter son plaisir à la domination. Dans son groupe de copain, c'était toujours lui le chef, celui qui était un peu plus respecté que les autres et qui aimait bien en jouer pour prouver sa force. Mais quoi de bien anormal pour un garçon de son âge ? Il recevait son bisou du matin, son goûter du quatre heure et son histoire le soir. Non, non. Il ne pouvait pas être un enfant perturbé. Et de toute façon c'en était pas un. Il était presque l'enfant modèle dont toutes les familles pouvaient rêver. Et lui aimait cette vie et cette routine. L'école ne lui déplaisait pas tant que ça, et plus tard, il était destiné à reprendre l'entreprise de son père, ce dont il était fier. Un enfant normal, dans une famille normal. C'est ce que tous pouvaient dire de lui.
C'était du moins le cas jusqu'à un certain évènement, survenu quelques jours seulement après que le petit Jayden ait soufflé fièrement sa septième bougie. L'âge de raison, comme on dit. Il a pu cependant constater ce jour là que certaines personnes ne l'avaient décidément jamais passé.
Toutes la petite famille était de sortie pour aller acheter le cadeau du garçon. Une console de jeu comme il l'avait demandé. C'était une bête et joyeuse balade en ville, ils s'amusaient, riaient, et rien n'aurait pu entamer leur bonheur. Jusqu'à ce bête chauffard qui a grillé un feu rouge. Et paf. Un bête accident, rien de plus, dans lequel Jayden perdit ses deux parents d'un coup. C'est à partir de ce moment là que, oui, on peut vraiment dire que ce n'était pas un gamin normal. Lui qui avait toujours était fort et fier, il n'a jamais cessé de pleurer jusqu'à son transfert chez ses grands-parents, au Japon, dans ce qu'on appelait encore à l'époque la "petite ville de Mayaku". Mais celle-ci a bien évoluée, depuis le temps. Et Jayden avec. Il a pu suivre la croissance de la ville de très près, la regardant d'en bas, des bas-fond de la ville dans lesquelles il aimait de plus en plus trainer. Sa famille, pour lui, n'en était plus une. Il a finit par la trouver ailleurs : dans la crasse et l'illégalité. Son ascension n'a pas été très difficile. Le quartier Est manquait cruellement de figure dominante à cette époque, et tout pouvais rapidement finir en joyeux bordel si personne n'organisait un peu ça. Et c'est là que Nagisa intervient, car Nagisa est né dans les quelques années de l'adolescence de Jayden. Au début, il était considéré que comme un sous-fifre, un gamin bon qu'à guetter les flics pour assurer le trafics de drogue des plus grands. Mais en grandissant, il ne s'est pas gêner pour en prendre les reines, quitte à supprimer ceux qui pouvaient le gêner. Les conséquences, ça lui était bien égal. Il savait ce dont il était capable. Peu à peu, au fil des années, il a tisser la toile immense qu'est actuellement le réseau du quartier Est. Il a instauré son trafic d'arme et d'être humain, en collaboration souvent avec d'autres criminels de la ville. Et puis a force de tapages, de trainer dans les drogues, les histoires malsaines et les attentats, son nom, ou plutôt pseudonyme, a fini par se faire connaitre dans toute la ville. Nagisa, l'intouchable Nagisa. Son règne sur l'Est lui garantissait sa sécurité, qu'il a pu préserver pendant près de 20 ans, vivant de ce qu'il a construit durant toute ses années, de ce qui fait maintenant sa fierté. Mais toutes les bonnes choses ont une fin, c'est bien connu (si on peut considérer que la vie que menait Nagisa était une "bonne chose"). Il avait foi en l'Est et l'Est avait foi en lui, mais c'était sans compter sur la peur que certains ressentaient face au Nord. Cette peur, exploitée jusqu'à la moelle par ce jeune nouveau maire dans ses réformes, aura fait perdre à Nagisa quelques uns de ses subordonnés, qui, pour sauver ce qui leur restait de peau, ont finit par lui être infidèles. Et c'est comme ça qu'il a eu droit à un aller simple pour le Nord-Est, ce quartier bâtard qui résulte d'une naïve utopie. Un cache-misère, un cimetière, même, de ceux qui portent encore une valeur à la Liberté. Et ça fait maintenant cinq ans que ça dure, planqué dans sa cellule sombre, éloigné de tout, que Jayden Ivan Spencer rumine sa haine. Une petite sortie de temps en temps de quelques minutes, juste une petite autorisation de la part des dirigeants histoire de faire bonne figure et se déculpabiliser en respectant un minimum ce qu'ils appellent les "Droits de l'Homme". Mais celle-ci ne prônait pas la liberté ? Il faut croire que ce mot à perdu son sens pour tout le monde ici.
Prison à perpétuité, c'est ce qui est censé l'attendre. Mais déjà ces cinq années lui ont parues plus longues qu'une vie entière. Cependant il le sait : jamais il ne crèvera ici, sous le sourire fier de ses geôliers. Il a une vengeance à accomplir, et il ne manque que peu de chose pour que le plat soit assez glacé pour lui et ses plans. Il attend dans l'ombre, sagement, gentiment. Ce serait idiot de montrer une résistance. Le couteau rentre toujours mieux dans une peau dénuée de toute défense. Il attend, mais jamais ne fera oublier. L'Est n'a jamais perdu sa tête.
Patience. Il sera bientôt là pour vous rappeler tous vos bons souvenirs.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mayaku :: Personnage :: Personnages validés :: Quartier Est-