Infinite RPG Awards
MayakuDreams come true

C’est étrange pas vrai ? la façon dont une ville peut vous envoûter, malgré les histoires étranges qui s’y déroulent, malgré les quatre quartiers qui la divisent, malgré son passé trouble. Et pourtant … Bienvenue à Mayaku, la fascinante Mayaku.

tops
sites
Bienvenue
S'inscrire
Guide du nouvel habitant
Contexte
Règlement
Comptes-rendus

Partagez | 
 

 Le Japon et Mayaku

Mayaku
avatar

Nombre de messages : 1465
Date d'inscription : 29/10/2007

guess what I am capable of



Dim 23 Oct - 13:25


Mayaku



La ville de Mayaku se situe au Japon, à l'époque actuelle, et appartient à la préfecture d'Ōsaka. Cette jolie ville a été nouvellement refaite après les problèmes survenus il y a quelques années. Ses quartiers actifs et la présence de la mer au sud lui permettent d'accueillir à chaque saison un grand nombre de touristes.

Afin d'étoffer un peu le RP et le rendre plus réel encore, voici une partie apportant quelques précisions sur le pays du soleil levant.

Introduction


• Le Japon, en japonais Nippon ou Nihon (日本), est un pays d'Asie de l’Est. Situé dans l’océan Pacifique, il se trouve dans la mer du Japon, à l’est de la Chine, de la Corée et de la Russie, et au nord de Taïwan. Étymologiquement, les kanjis (ou idéogrammes) qui composent le nom du Japon signifient « lieu d’origine du soleil » ; en cela, le Japon est parfois désigné comme le « pays du Soleil levant ». C'est un archipel composé de 6 852 îles dont les quatre plus grandes sont Honshū, Hokkaidō, Kyūshū et Shikoku, représentant à elles seules 97 % de la superficie du pays.
• Elles-mêmes sont divisées en quarante-sept préfectures (ou départements), dont une préfecture métropolitaine ou métropole (Tōkyō), une préfecture insulaire ou territoire (Hokkaidō), deux préfectures gouvernementales ou gouvernements urbains (Ōsaka et Kyōto) et 43 préfectures rurales.

Géographie


• Le territoire japonais est principalement composé de montagnes. Le massif montagneux des Alpes japonaises s’étire du nord au sud sur plus de 1 800 km, le long des 4 îles principales. Le point culminant du Japon est le célèbre mont Fuji atteignant 3 776 m d’altitude. Il s’agit d’un relief volcanique, toujours actif, mais peu menaçant.
• En effet, situé au carrefour de quatre grandes plaques tectoniques, dont les chevauchements créent de formidables pressions sur l'écorce terrestre, le pays a connu quelques tremblements de terre dévastateurs et des éruptions volcaniques mémorables.

Climat


• Les villes du sud-ouest du Japon ont un climat de type subtropical humide caractérisé par des hivers relativement doux, avec peu ou pas de neige, et des étés chauds et humides, avec une saison des pluies (tsuyu) de début juin à mi-juillet.
• L’archipel japonais est touché par les tempêtes tropicales et les cyclones (appelés typhons), surtout entre juin et octobre.

Politique


• Le Japon est une monarchie constitutionnelle, régie par la Constitution de 1947. L’empereur n’y occupe plus qu’une place honorifique, tandis que l’essentiel du pouvoir politique est détenu par un parlement bicaméral, la Diète.
• Le pouvoir exécutif appartient au cabinet, responsable devant la Diète, dirigé par le Premier ministre et composé de ministres d’État qui doivent tous être des civils. Le Premier ministre est choisi au sein de la Diète par ses pairs avant d’être nommé par l’empereur. Il a le pouvoir de nommer et de démettre les autres ministres, dont une majorité doit être membre du Parlement. La constitution attribue la souveraineté, qui revenait auparavant à l’empereur, au peuple japonais.
• La branche législative, et donc la Diète, se compose d’une chambre basse, la Chambre des représentants (480 sièges, dont 300 membres sont élus par le mode uninominal à un tour et 180 par la proportionnelle régionale) et d'une chambre haute, la Chambre des conseillers (242 membres, composée de personnes élues pour une durée de six ans, renouvelée par moitié tous les trois ans).
• Le suffrage est universel et secret, et il faut avoir 20 ans pour voter.

Croyance


La déesse japonaise du soleil, mère des empereurs.
• Dans la mythologie japonaise, Amaterasu est la déesse du soleil, la reine des hautes plaines célestes et serait l'ancêtre de tous les empereurs japonais.
•Sur le drapeau japonais, elle est symbolisée avec un disque solaire avec ou sans rayons.
• Tous les vingt ans, le temple le plus ancien du shinto, Naikû, situé à Ise sur l'île d'Honshu, serait détruit pour être reconstruit dans sa forme originale. Il serait le lieu de vénération de la déesse.
• Sa naissance fut causée par son père Izanagi, qui en revenant du pays de Yomi (Pays des Morts) s'est nettoyé le visage pour se purifier, faisant alors naître de son oeil gauche la déité. Son devoir fut alors de diriger Takamanohara, le Royaume des Cieux. Lors de son départ, Izanagi lui offrit un collier de perles sacrées.
• Ses créations furent la riziculture, la culture du blé et l'élevage des vers à soie. D'après certaines légendes, ce serait Amaterasu et ses servantes qui tissaient la toile de l'univers ou qui confectionnait les vêtements des kamis et des personnes qui faisaient son culte lors des cérémonies.
• La déesse avait comme rival son frère Susanoo. On raconte que lors d'une visite, ils auraient provoqué un long combat dont l'issue fut que Susanoo enferma Amaterasu dans une caverne. Une autre version dit que la déesse du Soleil se serait enfermée elle-même dans la caverne par colère, privant le monde de soleil pendant une certaine période. Susanoo fut punit en étant banni du royaume des Cieux et se racheta en offrant l'épée Kusanagi no Tsurugi à sa soeur.
• Puis Amaterasu envoya son petit-fils nommé Ninigi sur Terre pour la gouverner. Lors de sa descente elle lui offrit l'épée que Susanoo lui avait offerte, ainsi que le miroir Yata no Kagami et le joyau Yasakani no Magatama. Ces trois objets légendaires devinrent les trois trésors sacrés du Japon et furent transmis à Jimmu, le premier empereur du Japon. Celui-ci étant le petit-fils de Ninigi, l'empereur, au fur et à mesure des générations, a été considéré comme un dieu vivant, de la restauration Meijin jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le culte étant jusqu'à une certaine époque une affaire d'ordre national.
• Depuis cette période les princesses impériales qui n'avaient pas trouvé d'époux, prenaient le rang de prêtresses dans le temple d'Ise de la déesse Amaterasu.

Cuisine


• Au niveau de la cuisine, beaucoup de plats sont à base de produits de la mer, tel que les fameux sushis, les algues ou bien l'anguille, sous forme de brochettes accompagnées de riz. Les épices sont aussi très présentes : le wasabi, une crème piquante que l'on trouve dans les sushis, par exemple, et le gingembre sont souvent utilisés, ainsi que bien-sûr le soja, ingrédient indispensable à la cuisine japonaise que l'on trouve sous diverses formes (la farine de soja, le lait de soja, le tôfu (sorte de fromage), le natto (fabriqué à partir de graines fermentées à la consistance gluante), le miso (fabriqué à partir d'une pâte de soja fermentée)...
• En ce qui concerne le sucre, le japon possède plus de sorte de sushis que de pâtisserie ! La pâtisserie est souvent faite à base de pâte de haricots rouges sucrée (anko) ou de pâte de riz (mochi). Le thé vert a en revanche sa propre pâtisserie, une sorte de gâteau sec peu sucré et pauvre en goût (higashi).

Boissons


• Que ce soit chaud en hiver ou froid en été, les Japonais passent leur temps à boire du thé. Ils consomment principalement du thé vert qu'ils récoltent de mai à juin et qui représente les trois quarts de la production japonaise. Même les repas sont servis avec un bol de thé ! On peut en acheter partout, en canette ou en sachet.
• La bière est une boisson très populaire. Elle est généralement blonde et porte le nom de la région où elle est produite.
• Le sake est la boisson nationale des japonais. Il s'agit d'un alcool de riz, que l'on brasse dans des cuves comme de la bière, d'où son appellation de bière de riz. C'est aussi une boisson très populaire, la légende prétendant que les dieux en raffolaient.

Loisirs


• La nature est primordiale pour les Japonais et chaque saison est prétexte à la fête. Au printemps, ils se réunissent sous les cerisiers en fleur (sakura) pour le hanami : pique-niquer assis sur des couvertures, afin de regarder les fleurs en buvant du saké.
• On le sait aussi, ce sont des joueurs invétérés. Ils peuvent passer leurs nuits sur des jeux de stratégie comme le shôgi et le go aussi bien que sur des jeux vidéo, des salles entières y étant consacrées. On leur doit tous les gadgets à la pointe de la technologie, tels que les Tamagotchi et les Pokémons.
• Les mangas sont très appréciés. Peu coûteux, il en existe de nombreux types.
• Pour les enfants, beaucoup de passe-temps se font en famille, comme les origamis, l'art du papier plié. Quant aux adolescents, beaucoup se retrouvent lors des salons d'anime et de manga, une occasion pour les «cosplayers» (personnes prenant l'apparence de personnages de jeux vidéo ou dessins animés) de se rencontrer.
• Afin de se détendre, il existe en montagne des bains d'eau chaude en plein air (rotenburo).


Arts


• Les Japonais se sont intéressés à des arts très variés, s’appropriant calligraphie, étoffes (dont le kimono), céramique, laque et le forgeage de sabres. Maintenant, le cinéma et les mangas (bandes dessinées japonaises) se répandent et deviennent un fort vecteur d’exportation de la culture japonaise.
• Dans les arts de la scène, on ne cite plus les geishas, ces dames raffinées d'excellente compagnie réservée à une clientèle très aisée. Elles sont initiées aux arts traditionnels japonais, puis les maiko (apprenties geishas) assistent leurs aînées dans les maisons de thé, les réceptions et les banquets, apprenant le kitsuke (port du kimono), l'art de la conversation et du divertissement.
• Les arts martiaux sont très populaire, comme le karaté, le judo, le sumo, l'aïkido ou le kendo, mais le sport national reste le baseball.

L'univers perdu des geishas


• C’est au XVIIIe siècle que la geisha fait son apparition dans le milieu dissolu de la société japonaise, comme une forme d’opposition ou de rivalité d'ordre moral vis à vis de la courtisane (avec laquelle on la confond trop souvent) régnant à l’époque. Après des siècles de domination guerrière sous la tutelle des samouraïs, ce sont les marchands, nouveaux bourgeois, qui vont prendre le haut du pavé des grandes capitales nippones et vont instaurer un nouveau code moral empreint de valeurs esthétiques et artistiques. Les Japonais ont toujours eu un sens aigu de la hiérarchie et même la prostitution répondait à ces structures précises.
• Jusque vers la moitié du XVIIIe siècle, on pouvait consommer à plusieurs niveaux la prostitution, soit dans les rues, soit dans les maisons closes des quartiers chauds. Les reines de cette époque étaient les Tayû ou Grandes Courtisanes, qui surclassaient les autres autant par la finesse de leurs manières que par le luxe dont elles faisaient étalage. Mais comme elles étaient fort coûteuses, on songea alors à former des femmes (quelques hommes aussi) qui allieraient plusieurs aptitudes à la beauté pour divertir les bourgeois noceurs. Dans les réceptions, on fait de plus en plus appel à ces personnes capables de danser, chanter, jouer d’instruments différents, raconter des histoires, faire des acrobaties ou donner de petits spectacles. Les geishas naissent ainsi de ce désir de marier tous les plaisirs en une seule personne. La Gei (art) Sha (personne) allait désormais incarner la plus esthétique des manifestations du plaisir et du divertissement.
• Organisées à la façon d’une corporation, les geishas voient leurs activités réglementées par des heures fixes de travail, des uniformes et un code d’éthique rigoureux. Le visage fardé de blanc, le kimono de soie sanglé à la perfection, le tatami sous le bras, les geishas ne sont toutefois pas à vendre, ce ne sont pas des prostituées. Pourtant, beaucoup de prostituées ont revendiqué un statut de geishas pour appâter les hommes. Cette usurpation a considérablement entaché la réputation de ces superbes artistes. Aujourd’hui, peu d’entre elles exercent encore leur admirable métier et leur nombre diminue chaque année. Et bientôt, la magnificence des geishas ne survivra plus que pour divertir le touriste...

Familier


• Les animaux sont, au Japon, considérés comme des membres à part entière de la famille, c'est pour cela qu'il n'est pas rare de croiser les toutous, à la promenade, dans les parcs et les rues calmes des quartiers résidentiels, portant gilet et collier de luxe, ce pour quoi il existe d'ailleurs des boutiques spéciales. Le chien est l'animal le plus commun et y représente environ 60% des animaux domestiques. On trouve ensuite environ 30% de chats, le reste étant majoritairement des oiseaux ou poissons. Les reptiles sont assez rares.

Mafias Japonaises


• Le terme de «Yakuza» désigne le membre d’un groupe du crime organisé au Japon, exclusivement masculin (le rôle des femmes se situe plus dans l'ombre: elles restent rarement sans activité: elles tiennent des bars, des clubs, des restaurants et autres lieux de distractions), ou par extension n’importe quel voyou japonais. Les yakuza sont représentés par quatre principaux syndicats, présents sur tout l’archipel, et possèdent également des ramifications dans la zone Pacifique, et même en Allemagne et aux États-Unis. Ils seraient plus de 87 000.
• Les yakuzas ont une structure semblable à celle de la mafia sicilienne, organisée en familles.  Chaque « famille » possède un patriarche, l’Oyabun (« le parent, le chef »). Ce titre se transmet de père en fils, comme une sorte de droit féodal, ou à une personne en qui l'Oyabun a une complète confiance.
• Chaque homme accepté chez les yakuzas doit accepter le statut de Kobun, en promettant la fidélité inconditionnelle et l'obéissance à son patron. Toute la structure se fonde sur cette relation oyabun-kobun.
• Ils possèdent un certain nombre de règle, à l’image du Bushido chez les Samouraïs :
- Tu n'offenseras pas les bons citoyens.
- Tu ne prendras pas la femme du voisin.
- Tu ne voleras pas l'organisation.
- Tu ne te drogueras pas.
- Tu devras obéissance et respect à ton supérieur.
- Tu accepteras de mourir pour le père ou de faire de la prison pour lui.
- Tu ne devras parler du groupe à quiconque.
- En prison tu ne diras rien.
- Il n'est pas permis de tuer un katagari (personne ne faisant pas partie de la pègre).
La règle 9 n'est pas souvent appliquée, et peu de clans suivent encore cette éthique, et les traditions en général.
• Le rituel le plus pratiqué au sein de la communauté reste le rituel du tatouage, plus connu sous le nom d’irezumi au Japon. Sa mise en place est très douloureuse, car elle se fait encore de manière traditionnelle ; l'encre est insérée sous la peau à l'aide d'outils non électriques, des faisceaux d'aiguilles fixés sur un manche en bambou ou plus récemment en acier inoxydable (donc stérilisés), fabriqués à la main. Le procédé est onéreux et douloureux, et certains tatouages sur l’intégralité du corps peuvent demander des mois, voire des années de travail. Plus de 68% des yakuzas seraient tatoués, et chaque clan possède son tatouage particulier.
• L’activité criminelle la plus lucrative des groupes violents est le trafic de drogue (des amphétamines, notamment), assurant 35 % de leurs revenus devant le racket (20 %), et la prostitution (13 %). Ils organisent aussi l’offre de travailleurs journaliers pour la construction et les docks et gèrent des circuits d’immigration clandestine, qui les fournissent aussi en prostituées asiatiques.

Coutumes


- Les véhicules roulent à gauche.
- Dans la rue, les transports en commun, calme, propreté et « respect » sont de mise.
- Ne jamais faire perdre la face à un Japonais, surtout en public.
- Ne jamais embrasser un Japonais ou une Japonaise en public. Ça ne se fait pas.
- On est propre vis-à-vis de soi, tout d'abord.
- On ne dévisage pas les gens. On ne serre pas la main, on se salue, au moment de la rencontre et avant de partir. Le degré d'inclinaison du dos indique la position, élevée ou basse, de l'interlocuteur.
- Lors de la prise du bain, qui peut être à température très élevée, savonnez-vous d'abord à l'extérieur du bac, rincez-vous complètement, puis entrez dans le furô (bassin rempli d'eau chaude).
- Au Japon, tous les « looks » sont permis, du moment qu'ils sont propres.
- Vie de couple : au Japon, sauf pour les enterrements, les mariages et les fêtes, un couple ne sort jamais ensemble.
- Il est de coutume de se présenter... et, avant cela, de s'annoncer au Japon. Les Japonais savent parfaitement improviser, mais « entre copains et copines ». Ailleurs, ils prévoient longtemps à l'avance.
- Trois « bonjour » existent au Japon : ohayô (matin), konnichiwa (après-midi), konbanwa (soirée). Un seul « au revoir » : sayonara.
- Les Japonais peuvent être bruyants, mais « chez eux » ou « entre amis ».
- Chez vos hôtes, dans un ryokan notamment, vous laisserez vos chaussures à l'entrée.
- À table, ne pas planter les baguettes dans le riz ! On ne plante les deux baguettes dans la céréale nationale que lorsque quelqu'un est mort... Évitez aussi de transmettre de la nourriture de baguettes à baguettes : cela fait également référence aux rites funéraires bouddhiques.
- Le respect de l'« au-delà ». La mort est l'« affaire » du bouddhisme au Japon. Aussi, dans les temples, soyez digne et au courant des quelques gestes qui peuvent éviter le ridicule. Si vous achetez un bâtonnet d'encens, ne vous promenez pas avec ! Plantez-le dans la grande urne qui est prévue à cet effet. Vous pouvez aussi adresser une prière au dieu du temple : faites d'abord votre offrande, généralement de la menue monnaie, puis frappez deux fois légèrement dans vos mains.
- Dans les sanctuaires shinto, les conseils sont les mêmes, ou presque.
- Un dos droit est synonyme de bonne éducation, de bon maintien.
- Ne pas traverser les rues à tort et à travers : les Japonais respectent les feux et les signalisations.
- Ne jamais arriver les mains vides chez quelqu'un. Le cadeau représente un aspect essentiel de la culture japonaise.
- Les photos, en général, sont autorisées dans les temples comme dans les sanctuaires.
- D'innombrables superstitions prévalent au Japon. Deux en particulier sont à retenir. Évitez les chiffres 4 et 9.

Fêtes


1er janvier : Jour de l'an
2e lundi de janvier : Jour de l’accession à la majorité
11 février : Anniversaire de la fondation de l’État
14 février : Saint Valentin
14 mars : White Day (remerciement par les garçons au filles leur ayant offert des chocolats à la Saint Valentin)
20 ou 1 mars : Équinoxe de Printemps
3 mai : Commémoration de la constitution
4 mai : Fête de la nature
5 mai : Fête des enfants
3e lundi de juillet : Fête de la mer
3eme lundi de septembre : Fête des personnes âgées
22 ou 23 septembre : Équinoxe d’Automne
2eme lundi d'octobre : Fête des sports
3 novembre : Fête de la culture
23 novembre : Fête du travail
25 decembre : Noël


sources : Wikipédia, Guide du Routard, ClickJapan, Dol-celebLe-japon


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mayaku :: L'univers :: Mayaku-