Infinite RPG Awards
MayakuDreams come true

C’est étrange pas vrai ? la façon dont une ville peut vous envoûter, malgré les histoires étranges qui s’y déroulent, malgré les quatre quartiers qui la divisent, malgré son passé trouble. Et pourtant … Bienvenue à Mayaku, la fascinante Mayaku.

tops
sites
Bienvenue
S'inscrire
Guide du nouvel habitant
Contexte
Règlement
Comptes-rendus

Partagez | 
 

 You Wanna Bet? | Fiche terminée.

Invité
avatar

guess what I am capable ofInvité



Dim 8 Mai - 19:50

Gamble



Identité






Nom complet :Hideo Sasaki
Date & lieu de naissance : (indiquez la date : 02.09.1990 ; Yokosuka dans la préfécture de Kanagawa.
Âge :26 ans
Signe astrologique :Vierge
Orientation sexuelle : Hétéro
Origine(s) :Japonaise & Américaine
Langue(s) parlée(s) :Japonais. Anglais.

Crédit avatar : Avatar proposé par le forum.




Classe & situation sociale : A du fric, sans être riche ; Célibataire
Profession : Contrebandier
Casier judiciaire : Voie de faits. Conduite en état d'ivresse. Vole à la tire.
Ancienneté : 4 ans ?



Quartier


Le quartier où vous désirez habiter à Mayaku :
Quartier Est. What Else?

Habitation :
Est : Appartement. Dernier étage d'une haute tour à la périphérie du quartier.

Physique


« Like a cloud across the moon»

Elle traverse la rue et son regard se pose alors sur lui. D'abord elle l'ignore, puis pour une raison qui lui échappe encore, elle l'observe à nouveau. La démarche désinvolte, les mains dans les poches, il approche. Des baskets aux pieds, un vieux jeans délavé et déchiré, une boucle de ceinture représentant le sigle de l'infini autour de la taille, ainsi qu'un débardeur blanc... Gageons que faire bonne impression et entrer dans le rang n'était pas de ses premières préoccupations.

Métissé, il est le parfait exemple du savant mélange de l’extrême orient et de l'occident. Le voila qui l'a fixe. Elle se noie dans ces yeux verts soulignés de noir. Elle y dénote un rien de mélancolie avant qu'il ne se décide à regarder ailleurs alors qu'ils se croisent.
Il est juste un peu plus grand qu'elle, soit près du mètre quatre-vingt. Sa tenue laisse tout deviner de sa silhouette athlétique. Quelques entailles ici et là sur les bras viennent tanner le cuir de sa peau halé par le soleil. Des tatouages aux couleurs vives embrassent son épaule droite jusqu'à recouvrir le biceps.

Un rien coquet, un doux parfum caresse les narines de la belle, tandis qu'elle observe son visage. Un piercing au nez, ce dernier aquilin et droit vient surplomber des lèvres ourlées. La clope au bec, il finit par la dépasser et par la mordre du regard avant de poursuivre son chemin.
Surprise et intéressée, elle tente de le suivre avant de se raviser alors qu'il s'engouffre dans une sombre venelle. Elle a alors une dernière vision, celle de sa crinière : une coupe de cheveux à la fois fourni et rasé sur le côté. Des mèches noirs de jais ramené en arrière par sa main droite qui la salut ensuite sans qu'il ne se retourne.

Caractère


«N'étaient les nuages, qui pourrait aspirer à jouir du soleil?»

Parfois aussi calme que les nuages, parfois aussi agité qu'un vent violent, Gamble est une personne que l’on cerne difficilement. Il peut se montrer sans scrupules et peut également faire la morale à la manière d’un paladin. Il semble suivre un code de conduite dont lui seul en connait les règles. La voix posée et calme, il s’exprime toujours clairement que ce soit en japonais ou bien encore en anglais. Charmeur, il l’est. Son physique et sa belle gueule ne laisse que rarement indifférent et lui n’est pas contre les histoires sans lendemain.

En effet, Gamble ne s’attache jamais. Il est du genre à fréquenter tout le monde, mais à toujours rester seul. Il est souriant et même avenant. Agréable au possible, mais derrière le masque se cache un être méfiant. Un esprit singulier qui se sert des intérêts des uns et des autres aux profits des siens. A l’affût, il dénote chaque détail, mais il est bien rare qu’il en fasse profiter les autres. Rêveur, il a souvent l’esprit ailleurs. Un esprit vagabond qui le pousse à observer le ciel et à se poser d’innombrables questions. Toujours un livre dans une poche, il se plait à s’instruire par lui-même lui qui n'a jamais mis un pied à l’université.

Gamble aime la liberté, il aime danser. Il est celui qui la ramène le plus en soirée. Celui qui déconne, mais qu’il ne faut pas sous-estimer. Il a toujours  un avis sur tout et un avis bien tranché du reste. Il jauge puis il juge. Le fait de transporter et de revendre des produits illicites l’a poussé à côtoyer la pire criminalité du quartier Est et des environs. Voilà comment il a pu développer une sorte de sensibilité que l’on retrouverait chez les psychanalystes, ou les enquêteurs de police. Deviner les envies des uns et des autres, connaitre leurs intérêts et savoir à qui l’on peut faire ‘confiance’… C’est son quotidien. Ça et puis les jeux d’argents car, Gamble est un passionné des paris. Un mordu qui pari sur tout et tout le temps et ce constamment.

Comme un poivrot qui dirait que c’est son dernier verre, c’est également ce qu’il se répète lorsque la chance ne lui sourit pas. Mais bien entendu, on le revoit toujours par la suite, dans une arrière-boutique ou au coin d’une rue isolée à parier ses derniers deniers. C’est maladif chez lui, il calcul les probabilités et en déduit rapidement le meilleur deal à tenter ou à soumettre. Le pire étant que même lorsque ces mêmes probabilités sont contre lui, cela ne changera rien : il continuera le pari et c’est de là qu’il tire son nom. Dans la rue, tout le monde le connait ou presque à l’est. Certains vous diront qu’ils l’ont croisé hier, d’autres que ça fait une éternité… Tout dépend de l’état de ses finances et des dettes qu’il contracte auprès de créancier qu’il esquive lorsqu’il n’a pas de quoi rembourser.


Histoire


« Un froid de loup par un temps de chien. »

Drop The Stuff

Quartier Est – Périphérie – 23h44

Nuit noir. Sa honda civic filait à travers la grande avenue du quartier Est. Le poste éteint, ses sens étaient à l’affût. Il venait de se refaire le film de la transaction de la soirée et quelque chose n’allait pas. Son contact était nerveux. Certes, on ne saurait être serein lors d’un business de ce genre, mais… Ce n’était peut-être rien, c’était peut-être tout.

Toujours est-il que pour s’en assurer, il venait de mettre un coup de volant qui lui fit quitter la grande avenue. Après quelques mètres, il immobilisa sa voiture. Les yeux grands ouverts, il fixait à présent le rétroviseur. Sa cuisse et son cœur dansaient la chamade si bien qu’il empoigna fortement son genou avant de décider de s’en griller une.  A combien de transaction de ce genre il en était ? Lui-même avait perdu le compte. Ce qu’il savait, c’était qu’à chaque fois il avait eu peur. Une peur dévorante qui le paralysait presque. Une peur qu’il avait appris à canaliser assez longtemps pour lui permettre de penser clairement.

Des éclats de circulations mêlés aux bruits ambiants de la grande voie, mais rien à l’horizon. Les mains cramponnées au guidon, il observait avec attention le message qui venait de s’inscrire sur son Iphone.
Quelques pas, un coffre qui claque et plusieurs souffles plus tard, il était arrivé sur le toit de l’immeuble devant lequel il s’était arrêté. Les flammes dévoraient le carton qu’il transportait et la fumée dansait à présent dans le ciel sous son regard alors qu’il finissait la dernière bouffée de sa clope. Le mégot n’avait même pas fini de rejoindre le sol que déjà, deux flics en civils s’étaient approchés en le braquant. Les mains sur la tête, genoux sur le sol, il souriait. Amèrement d’abord d’avoir perdu sa cargaison du soir, mais également de soulagement après avoir vu l’écran de son téléphone fondre et le message ‘Drop The Stuff’ avec.


One Way, Two Sides

Quartier Nord - Commissariat - 00h13.

Assis, les mains entravées dans le dos par des menottes, il attendait. Lentement, son regard se posait sur tous ce qui se trouvait ici, dans cette salle d’interrogatoire. Une table en fer marquée par le temps et l’usure, un panneau d’affichage rappelant les droits et les devoirs des accusés et des forces de l’ordre. Mais ces textes ont depuis longtemps déjà été barrés et ponctués par des mots grossiers reflétant plus ainsi la vérité ce qui avait eu le don de le faire sourire.
Sur le sol, on pouvait trouver des mégots, ça avait le chic pour lui rappeler sa dose de nicotine, cependant il s’efforçait à ne pas y penser lorsque son regard s’est ensuite posé sur le miroir sans tain qu’il fixait comme s’il pouvait voir au travers ce qui se tramait dans l’autre pièce.

Rien, il n’avait rien de tangible contre le suspect. L’inspecteur en charge de l’affaire venait de renvoyer les deux policiers qui avaient arrêté le suspect quelques minutes auparavant. Agacé, celui-ci bu une gorgée de son café, tout en parcourant les dossiers éparpillés sur la table. Seule une lampe éclairait timidement la pièce confiné qui était le reflet exact de la salle d’interrogatoire, les menottes en moins ceci-dit. L’inspecteur fixait lui aussi le regard insolent de ce bon rien qui se pensait au-dessus des lois.

Les lunettes sur le nez, la coupe impeccable et le costume en épingle, l’inspecteur avait tout du parfait représentant de la loi. Avec minutie il parcourait les pièces des fichiers en pagailles. A demi-mot, il lisait l’extrait de naissance… Hideo Sasaki, né à Yokosuka dans la préfecture de Kanagawa…Père américain… Officiait dans l’armée des états unis, base de Yokosuka... Aujourd’hui retraité et reparti dans son pays…. Rien sur la mère…

S’en grillant une, il continuait à fouiller dans le passé de cette petite frappe. Rien apparaissait dans son dossier de réellement important jusqu’à l’âge de ses seize ans. Il avait piqué une moto et s’était enfui avec sa copine. Les parents de celle-ci ont porté plainte pour enlèvement et le gosse à terminer au centre de redressement pendant deux piges.

Quelques extraits de fiches de payes de différents boulots un peu partout au Japon, c’était là une des conditions pour sortir du trou avant l’heure. Autant de pièces qui avaient été versé au dossier pour appuyer sa sortie anticipée. Garçon de café, mécano, livreur, intermittent du spectacle et travailleur en hauteur… C’était un touche à tout à n’en pas douter.
Délinquant et ayant gouté aux affres de la prison pour mineur avant d’être recraché par le système dans un monde où il n’avait pour ainsi dire plus de famille, il était aisé même pour l’inspecteur de comprendre comment il avait pu être amené à intégrer la pire caste de la société. Une zone d’ombre subsistait encore, pourquoi était-il aujourd’hui à Mayaku et comment il avait fait pour ne pas se faire alpaguer cette nuit.



Silence is a true friend who never betrays

Quartier Nord - Commissariat - 02h15


La porte grince lorsqu’elle pivote sur ses gonds. Entre alors l’inspecteur. Il est seul. Le visage fermé, il se place alors de l’autre côté de la table. Sans dire un mot, il étale sur celle-ci des photos, des fichiers et d’autres pièces qui relatent la vie du voyou qu’il a aujourd’hui sous le nez. Lui ? Il est assis sur sa chaise, ou plutôt avachi. Stoïque,  il observe l’inspecteur. Son regard le fixe avant de s’en détourner au profit des évidences mis devant lui.

Les deux hommes se jaugent et étrangement c’est Gamble qui fit le premier pas.

On ressort les vieux dossiers du passé ? J’en conclus que vous n’avez rien. Pas de preuves, elles sont parties en fumées et quant à la voiture… Bonne chance pour trouver mes empruntes alors que j’ai des gants. Pas de témoin non plus dans cette sombre allée en cette heure tardive et de toute façon, qui voudrait aider la police ? Si moi j’ai l’air suspect, vous vous avez l’air coupable.

Coupable ? S’interroge le flic alors qui l’observe. Mais coupable de quoi ?

Coupable de frayer avec le crime organisé. Et pour se donner bonne conscience, on se fait une affaire ou deux. Vous pouvez dire le contraire, mais alors répondez à ma question. Pourquoi vous m’avez pris en chasse cette nuit ? On vous a rencardé, en échange d’un petit service. Ça se fait souvent entre amis non ?

T’as pas à le savoir racaille. C’est vrai que pour ce soir on n’a rien sur toi. T’es libérable dans une heure ou deux. Tu veux qu’on joue franc-jeu ? Jouons franc-jeu Hideo Sasaki ou devrais-je dire Gamble ? C’est bien ça ton nom dans la rue ?

A peine avait-il dit ces mots qu’il fit tourner une pièce sur la table.

Pile ou Face ? Si tu gagnes tu pars maintenant, si tu perds… Tu me diras simplement pourquoi t’es venu à Mayaku et pourquoi tu y restes alors que tu n’as fait que vagabonder pendant plusieurs années.

Face !

C’est là le seul mot prononcé par Gamble alors qu’il fixait intensément la pièce. Parler aux poulets, c’était une aberration, un manque cruel d’éthique vis-à-vis des règles tacites et non écrite du code des voyous que tous connaissent dans la rue. Mais ce n’était pas comme s’il allait balancer quelqu’un ou quelque chose alors il s’en foutait. Si ça pouvait contenter la curiosité de cet inspecteur ou le faire sortir plus rapidement alors c’était tout bénéf. Et de toute façon… Ce n’était vraiment pas son genre de ne pas répondre présent dans un pari.

La tête incliné sur le côté, les yeux fixés sur le côté pile, il prit une clope du paquet posé sur la table. L’inspecteur se leva, puis fit le tour pour venir s’assoir sur la table, prêt de Gamble. Allumant la tige de celui-ci à l’aide de son briquet, quelques volutes de fumées séparaient à présent les deux hommes avant que le bandit ne prenne la parole.

Ici je suis arrivé en tant que livreur. De Tofu d’abord pour la boutique qui a pris feu y’a deux mois. J’ai traversé la ville de long en large et surtout le quartier Est. Là-bas, j’ai côtoyé les pires malfrats qu’il m’était donné de voir. J’ai vu des voyous se dire frère le jour et se poignarder la nuit. J’ai vu vos collègues s’en mettre plein les fouilles et laisser passer des gens comme moi. Des passeurs de marchandises, des contrebandiers c’est comme ça que vous dites. Mais ce n’est pas moi qui me rends avec un gramme dans le nez dans les soirées mondaines du Nord. Ce n’est pas moi qui vais raconter de la merde sur celui-là où bien celle-ci en espérant tomber sur un journaliste en mal d’articles.
Ce n’est pas moi, mais ça aurait pu. Des perdus, des gens sans lendemain, des repris de justice, des repris de justesse et quelques bons gars parfois avec un rien de garce qui traine dans les parages. Ça et puis les flics bien, peut être que toi t’en es un, j’en sais rien. Mais si j’avais eu à peindre un jour ce tableau que je te décris, alors il aurait mon phrasé et ma dégaine. Tu me demandes pourquoi Mayaku ? Parce qu’en regardant cette ville, j’y ai vu mon reflet.


Quelques minutes plus tard, alors que la nuit régnait au dehors, l’inspecteur sur le parvis observait son ennemi du jour s’éloigner des lieux. Ce dernier repensait à ce qu’il venait d’entendre, ça l’avait fait réfléchir et même s'il ignorait toujours comment il avait fait pour échapper à la police cette nuit, il en savait un peu plus sur ce drôle de personnage et ça ne serait donc que partie remise. Sans se retourner, Gamble avait pris par une ruelle pour disparaître. Demain sera un autre jour pour lui. Demain il devra découvrir qui a fait capoter son deal et qui l’a aidé aussi.

Animal



Aucun animal pour le moment.
Invité
avatar

guess what I am capable ofInvité



Sam 28 Mai - 14:32

Bonjour, ma fiche est terminée.
Invité
avatar

guess what I am capable ofInvité



Sam 28 Mai - 15:49

Yeah, j'aime décidément bien ce personnage. La manière dont tu as rédigé ta fiche pète ! \o

Au plaisir de te croiser à l'occasion, au détour d'une ruelle \o/
Dreiden M. Ijiwaru
avatar

Nombre de messages : 2779
Date d'inscription : 21/05/2011
Crédits : RiotEye
Profession(s) : Avocat en Droit Pénal, Mannequin pour Of Velvet, Dealer à Shooter

http://www.mayaku-town.com/t19-dreiden-morgan-morden-ijiwaru#20

guess what I am capable of
Such a pretty boy, but such a dirty mouth.
Such a pretty boy, but such a dirty mouth.



Sam 28 Mai - 22:07

Bienvenue Gamble ♥ !

J’aime ta plume, ton personnage et son pseudonyme ! J’ai bien aimé la façon dont tu as tourné son histoire avec, à la fin, une belle révélation qui correspond tout à fait à l’ambiance de Mayaku !

Je n’ai pas d’autres choses à ajouter, je te valide officiellement !

Je vois bien ton personnage avoir un lien avec Seiji Yu, dealer influent à Mayaku. Sinon l’ensemble des personnes de l’Est, pourquoi pas un lien avec Esras qui était anciennement Ethan O’Neil (personne influente à l’Est). Après il y a notre cher punk Fuyuki récemment validé ! Et évidemment toutes les autres personnes qui peuple notre petite ville nipponne !

Quartier Est


Dans les tréfonds, Gamble, tu viens de faire ton ascension. On raconte que tu te caches au quartier Est. Il ne te reste plus qu'à te dévoiler un peu plus si ce n'est pas déjà fait, mais surtout construire tes relations, te rendre joignable, te faire une place dans nos ruelles puis aller à la rencontre des habitants de la ville.



Au plaisir de lire tes aventures, n’hésite pas si tu as des questions !


Contenu sponsorisé

guess what I am capable of





Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mayaku :: Personnage :: Personnages validés :: Quartier Est-