Infinite RPG Awards
MayakuDreams come true

C’est étrange pas vrai ? la façon dont une ville peut vous envoûter, malgré les histoires étranges qui s’y déroulent, malgré les quatre quartiers qui la divisent, malgré son passé trouble. Et pourtant … Bienvenue à Mayaku, la fascinante Mayaku.

tops
sites
Bienvenue
S'inscrire
Guide du nouvel habitant
Contexte
Règlement
Comptes-rendus

Partagez | 
 

 赤木 日向 - you are the scorching tree blessed by the sun

Invité
avatar

guess what I am capable ofInvité



Ven 10 Juin - 9:41

赤木 日向


Identité



Nom complet :  Akagi Hyuuga
Date & lieu de naissance : 14.03.1988 ; Mayaku
Âge : 27 ans
Signe astrologique :
Orientation sexuelle : Hétéro
Origine(s) : Japonaise
Langue(s) parlée(s) : Japonais (langue maternelle), Anglais (léger accent mais très à l'aise).

Crédit avatar : Avatar & En-tête par Entrepreneurial - icônes par daworldwatcher / lillymoon.



Classe & situation sociale : statut social élevé ; situation moyenne-aisée / la plupart de ses fonds sont contractés sous formes de dons humanitaires et d'investissements pour des questions fiscales.
Profession : Présentateur télévisé - membre du conseil d'administration de Kitetsu News la chaîne d'information locale de Mayuku. Actionnaire de Mayabook, le réseau social communautaire de la ville.
Casier judiciaire : Vierge.
Ancienneté : Lieu de naissance, et probablement de décès.



Quartier


Le quartier où vous désirez habiter à Mayaku :

Habitation :
Ouest : Appartement


Physique


« Citation »

Ecrire ici


Caractère


« Citation »

Ecrire ici


Histoire


« Citation »
Vous me connaissez sans doute déjà, mais savez-vous ce qu'un tel nom signifie ?  Le prénom 赤木 "akagi" se compose des caractères formant l'arbre ainsi que celui de la couleur rouge. En revanche, le nom de famille  日向 "hyuuga" s'écrit avec les caractères du soleil et du sens, ou devrais-je dire de la direction. Si l'on prenait les termes littéralement, mon nom n'a pas de signification réelle et pourrait alors se traduire par "un arbre rouge éclairé par le soleil". J'ignore pourquoi m'avoir donné un nom aussi étrange, peut-être avaient-ils le pressentiment voir la certitude que je deviendrai quelqu'un de célèbre, un acteur des relations publiques vivant sous le feu des projecteurs et des caméras. Ce qui me surprend beaucoup, n'ayant moi-même jamais imaginé ce brin poétique ou vécu la moindre démonstration d'affection désintéressée de la part des concernés. Mais puisque nous sommes sur le sujet, parlons-en. Mon père était un homme de la scène politique reconnu, qui a gravé les échelons du LDP (Parti Libéral Démocratique) en partant du bas jusqu'à devenir membre du Sénat neuf ans durant, tout en restant d'une influence majeure à l'intérieur du parti même après la fin de son mandat. Il s'agissait là d'un homme à la verve corrosive qui n'admet ni ne tolère l'échec ou le refus, aux allures et à l'apparence d'un calme se voulant serein mais qui au fin fond de son âme rôde un tempérament violent et empreint de belligérance et de désir toujours plus déraisonnable. Ma mère était une des ces femmes à la jeunesse désabusée qui aimait autant qu'elle haïssait mon père. Milles fois avait-elle eu l'occasion de partir pour nous quitter à jamais, mais la fierté et l'entêtement qui la caractérisait tant ont eu raison d'elle même. Jamais ne s'est-elle pliée devant lui, son regard clair et froid inlassablement fixés devant son tortionnaire pétillant de rage, indifférente quand à sa main levée à répétition, aux taches ternies parsemant son visage et son corps frêle. Au bout du compte mon père aura finit par briser son corps, mais jamais son esprit - que paix à son âme.

Je me souviens des hurlements de rage, des bruits de lutte martelant les murs, de l'odeur du sang et de son corps gisant inerte le long du carrelage avec une précision horrifiante,  tandis que mon père s'essuyait nonchalamment les mains de son forfait. Et à cela il n'y eu ni enquête ni condamnation... ni remords. Moi-même je n'ai pas pleuré sa disparition. Ses yeux chargés de dégoût à mon égard me suivaient sans relâche, probablement due à la ressemblance inhérente que je partageais avec l'homme qu'elle semblait mépriser de toute sa force.
J'avais alors douze ans quand l'on m'avait habillé de noir pour assister à son enterrement, le vent printanier faisait danser les pétales de cerisier sur toutes ces silhouettes grotesquement sombres qui m'entouraient. Parmi les personnalités présentes comptaient nombre de partisans de mon père, dont M. Sanae Takaichi l'actuel ministre de l'intérieur,  des juges de grande instance tels que M. Kotobe Yamagata, M. Hatake Kagemouri et M. Totoro Gibouri. Un certain nombre de représentants de Yamaguchi, Sumiyoshi et d'Inagawa y étaient présent ; de grands noms dans le milieu du crime organisé. Et bien d'autres individus influents avaient été invités en cet honneur.

Ma mémoire ne me fait guère défaut, car j'ai été amené à les rencontrer bien plus tard, et se sont fait une joie de me rappeler ces évènements.
Alors que je n'avais eu que très peu de contact avec lui jusqu'à lors, je fus emporté dès mes seize ans parmi ses affaires tel un bagage. L'on m'exposa à un tout autre monde, rien de ma vie cloitrée et protégée ne m'avait préparée à cet afflut de mensonges, de trahisons et de manipulations sans fin. J'observais en silence les poignées de mains se conclure, les sommes d'argent transiter autour d'un cliquetis de verres de vin, les procédures illégales faire leur chemin sans encombres. A mesure que les années passèrent, ma compréhension de ces agissements ne faisait que grandis au point où elles ne m'apparaissaient plus que d'usage et d'une banalité sans précédent. J'ignore si mes valeurs morales ou mon intégrité s'en sont trouvés altéré mais depuis je me surprends à mettre ses actions en perspective et d'admettre que la fin peut justifier les moyen quand l'échec ne lui était pas permis.

Si je devais résumer mon expérience durant ces années passées, plus que tout je dirais que c'est mon interprétation du monde qui a été altérée. Je ne m'étais jamais posé de questions à propos du fonctionnement sociétaire, me contentant de croire ce qu'il était attendu d'un jeune adolescent naïf comme on en trouve partout ailleurs. Mais plus je me trouvais imbibé des mensonges servis à tours de bras sur les communiqués officiels, tandis qu'au loin derrière les projecteurs télévisés je pouvais contempler de grands dignitaires sans scrupules se féliciter de leur stratagèmes toujours plus avide et effronté. Peut-être en ai-je tenu une part de mon cynisme naturel, ce scepticisme qui me survient à l'écoute de tout discours venant à changer l'ordre des choses. Je l'ai entendu, maintes et maintes fois. Et pour tout dire, leurs orateurs arrivistes se sont bien gardés d'appliquer de tels principes une fois mis en poste. Dans le cas contraire, les autres finissaient généralement dans une fosse commune sans nom.
Ce ne fut qu'au terme de huit longues années passées entre les mains d'un tel système, à me façonner l'esprit en un successeur digne d'un des individus les plus influents de ce monde alternatif qu'enfin je me suis décidé à reprendre ma liberté. Enfin, pas tout à fait. Pour l'heure je ne suis qu'un fugitif de mon passé, dont les chaînes restent fermement attachées à mes chevilles tandis que je tente désespérément de retrouver cette vie normale que je n'ai jamais eu. Parallèlement, je me surprenais à regretter les positions de pouvoir que me valaient le carnet d'adresse qui ne m'appartenait que par proxy. Et c'est pourquoi lors d'un soir particulièrement calme, j'ai mis fin à mon initiation. Je me rappelle encore du sang coagulé le long de mes mains, du râle dernier commis par celui qui m'avait tout apporté en me privant d'une innocence qu'il jugeait embarrassante.


Animal






Nom :
Race :
Sexe :

Description :

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mayaku :: Personnage :: Personnages en cours-