Infinite RPG Awards
MayakuDreams come true

C’est étrange pas vrai ? la façon dont une ville peut vous envoûter, malgré les histoires étranges qui s’y déroulent, malgré les quatre quartiers qui la divisent, malgré son passé trouble. Et pourtant … Bienvenue à Mayaku, la fascinante Mayaku.

tops
sites
Bienvenue
S'inscrire
Guide du nouvel habitant
Contexte
Règlement
Comptes-rendus

Partagez | 
 

 Lou Nabaki, la folle aux licornes ketcheupés ( en cours )

Invité
avatar

guess what I am capable ofInvité



Lun 25 Juil - 13:24

Lou Nabaki



Identité






Nom complet : Lou Nabaki

Date & lieu de naissance :  09.10.1995 ; Loin, très loin, trop loin
Âge :Signe astrologique : balance, vierge, ou scorpion. Un de ceux là, à toi de voir
Orientation sexuelle : Hétéro|Homo|Bi
Origine(s) : Je suis née à Londres, puis j'ai atterrit en chine ou au japon, quelle est la différence déjà ? Ensuite, j'ai débarqué ici.
Langue(s) parlée(s) : Anglais, japonais et chinois

Crédit avatar :




Classe & situation sociale : Normal, ni riche ni pauvre ; Célibataire
Profession : photographe.
Casier judiciaire : Vide. Plus pour longtemps. Ou alors je mens
Ancienneté : (Depuis combien de temps êtes-vous à Mayaku ? euh, 3 ans.



Quartier


Le quartier où vous désirez habiter à Mayaku :
Ouest. J'aime bien.

Habitation : Appartement

Tu vois, ça. Non, pas ça, à côté. Oui, voilà. Tu vois, cette porte ? La seule complètement défoncée ? Bah, c'est chez moi. Maintenant, rentre. RENTRE ! Je sais, ça se fait pas, mais tu veux quand même pas que je vienne t'ouvrir non plus ? Bon, maintenant qu'on est d'accord, tu pousses la porte. Ensuite, tu vas visiter. Je suis sur le canapé usé du salon en train de te téléphoner. NON ! raccroche pas. Tu penses quand même pas que je vais t'aider à visiter. Bon. Alors, t'es dans un long couloir à 4 portes. Deux à gauche, deux à droite. Ne fait pas attention aux posters de rock, ni aux licornes arc-en-ciel ensanglantées qui sont sur les murs. Ce ne sont que des posters.
Quoi ? Le sang est frais ? C'est de la peinture, oui je te jure. Ou pas.Non non, j'ai rien dis. Passe la porte que tu veux. Salle de bain, une douche et un évier. Pas grand-chose, je sais. Mon miroir est cassé ? Ah oui, je l'ai cassé hier, ne t'en fait pas. J’enlèverais les débris un jour.
Sors, va en face. Ma chambre. Laisse les volets fermés, ça m'arrangerait. J'te décris ça si tu veux. Lit une personne défait, tapis rose fluo, j'ai un ours en peluche posé sur ma commode rouge et une jolie petite garde-robe avec mes vêtements. Si tu savais. Je te déconseille d'avancer. Oui oui, j'entends tes pas. Malice est là, et elle se fera une joie de te griffer. Suivant. Le salon, où je suis posée, fait pas attention à moi, je suis en pyjamas. Oui, je sais, mon canapé est cassé, j'ai pas de télé, mais quoi, tu as un problème ? Je n'avais pas envie d'en acheter un. Mes posters de tête de mort te font peur, surtout celui posé à côté d'un bisounours ? Tu t'en remettras.
Enfin, ma cuisine, petite et efficace. Quoi, elle est rose ? Un problème? Je suis folle ? Bien. Sors dans ce cas. Ouste ou je viens. Oui, je suis devant toi. Tu veux appeler la police ? A quoi bon. Plus de téléphone, un coup de point dans le ventre, et tu t'en vas.

A la prochaine.


Physique


« Citation »

Il m'a énervé celui-là. Espérons que les autres ne seront pas des poulettes bien trempées comme lui. Allez, allons dans ma chambre. Qu'est-ce que je déteste cette bouille angélique ! Je devrais peut-être un jour penser à couper mes cheveux. En attendant, coiffons ses longues boucles noires de jais à l'aide de cette brosse que sont mes doigts. Pratique et efficaces ils sont, pratiques et efficaces ils resteront. Bon, maintenant, faudrait que je pense à laver ces dents beaucoup trop blanches pour être réelles. Ou alors, je me rince la bouche vite fait bien fait. On fait ça. Bon, cette silhouette frêle me rend dingue, dingue. La mal bouffe sert à rien, je change pas. En plus, c'est dégueulasse. Et ces yeux sombres dans lesquels un bon nombresd'âmes se sont plongés. Argh, j'en ai assez. Ce nez tout à fait adorable selon certains dires, vivement, ah, vivement qu'il soit cassé. Au moins, cet air idiot d'enfant me rend adorable. Je peux me servir, servir, servir, des gens pour, pour me protéger. On me prend sous son aile puis je... Il y a une partie caractère après ? Bon, je vais laisser tomber dans ce cas.
Je me déshabille et me promène dans cette chambre sombre, attrape deux trois trucs au hasard et les enfile. Robe violette avec deux trois trous, vieux soutien-gorge de ma grand-mère, un peu trop grand d'ailleurs. Chaussette n°1 bleue, chaussette n°2 orange. Talons compensés assez grands pour me grandir, moi la liliputienne d'un mètre cinquante. Quand je vous disais que tout me faisait un air d'angelo sortit de la bible.


Caractère


« Citation »

J'attrape mon appareil photo et sors. Merde, l'homme est toujours écroulé par terre. Ses yeux fermés, d'un air de psychopathe endormis. Je le pousse d'un pied et ferme la porte, puis descends. Allez, on y est. On est prêt. Caractère, caractère.

Nous sommes deux, deux personnes du même nom dans un corps. Aussi cliché que ça puisse paraître, il y a l'ange et le démon. L'ange, il n'est pas réel, il me pousse à être sympathique, sociable et gentille. Je l'envoie souvent se faire voir. Ça lui ferait du bien d'ailleurs.Tu m'énerves, je tape. Tu cries, je tape. Tu me fais du mal, je ne te tues pas. J'engage un tueur à gages. Je n'aime pas faire le sale travail. Ouais, c'est lâche. Et alors.
Un jour, elle a voulu me mettre des licorne, j'ai été cherché du ketchup. Il y a des limites. Je ne me mutilerais pas non plus. Hormis mon côté double personnalité et psychopathe à mes heures perdues, je suis vivable. Des gens essaient de me percer à jour. Essaye toujours. Le reste, tu le comprendras bien assez tôt... Si tu l'oses.

Clic

J'ai des amis. Du moins, j'en avais.  Ici, c'est plus compliqué. Trop de secrets, trop de rumeurs, trop de tout. 3 ans ce n'est pas assez pour faire confiance. Clic.


Histoire


« Citation »

Je n'aime pas parler de ma vie. Vraiment pas. Pourquoi raconterais-je quelque chose qui, même à moi, ne m'intéresse pas. Quoi ? C'est obligé. Je vous laisse avec elle alors. Moi, je n'ai pas envie de parler, ni envie de raconter cet ennui total et monotone. Un jour peut-être. Celui où le ketchup sera remplacé pas ton sang...

Nous sommes née une matinée d'octobre à Londres. Jusque-là, rien d'intéressant. Nos parents étaient heureux, moi aussi d'ailleurs. ..Pourtant, j'ai vite senti qu'un, qu'un truc tournait pas rond. Petite, j'avais des absences pendant lesquelles je pétais les plombs apparemment.

Clic

Puis, comme prédit par notre mère, Papa a eu une promotion, et bim, nous voilà en Chine. Je l'avais oubliée quelque temps, mais ensuite, elle est revenue. Elle a terrorisé mes amies, elle a foutu ma vie en l'air. Après deux trois années, il a fini par être muté au japon et moi, petit toutou de 15 ans qui devait le suivre, je l'ai accompagné. Elle prenait de plus en plus le dessus, et finalement, j'ai fini à n'être plus qu'une conscience pour elle. Généralement, elle est là. C'est elle qui nous a amenés à Mayaku. Jamais je ne comprendrais ce qui l'a attirée ici. Peut-être les rumeurs et l'ambiance étrange.


Clic

Bon, me revoilà, récit petit mais dégoulinant d'amour n'est-ce pas ? Nous n'aimons pas approfondir notre vie. Il n'y avait rien d'intéressant...

Avant d'arriver ici.


Animal






Nom : Malice
Race : Gouttière
Sexe : femelle

Description :

Si je te donnes une photo, ça t'va ? Ouais ? Bah tiens, la voilà.

Clic

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mayaku :: Personnage :: Personnages en cours-